dimanche 16 juillet 2017

Le Protectorat de l'ombrelle T5 : Sans âge de Gail Carriger

  

Editions : Le Livre de Poche (Orbit), 7,10€, 458 pages


Résumé 4ème de couverture : Lady Alexia Maccon est en pleine béatitude domestique. Une béatitude à peine troublée par la fréquentation de quelques loups-garous de la haute société ou le comportement d'un bambin précoce ayant des dispositions incontrôlables au surnaturel...
Mais Alexia vient de recevoir un ordre qu'elle ne peut ignorer. Avec mari, enfant et famille Tunstell au complet, elle embarque à bord d'un bateau à vapeur pour traverser la Méditerranée. Direction l'Égypte, une terre qui pourrait bien tenir en échec l'indomptable Alexia. Que lui veut la Reine vampire de la ruche d'Alexandrie ? Pourquoi un ancien fléau s'abat-il de nouveau sur le pays ?


Mon avis

Dernier tome des aventures d'Alexia et de Lord Maccon, c'est avec une certaine appréhension que je l'ai commencé. Non pas que j'avais peur de ce que j'allais y lire, mais plutôt parce qu'il s'agit du dernier roman d'une saga que j'ai littéralement adorée et dévorée.
Lady Alexia Tarabotti Maccon restera à jamais l'un de mes personnages littéraires favoris. Une héroïne peu banale, au sens de la répartie hors du commun et aux pouvoirs excentriques. Je l'ai chérie dès le premier tome, et elle ne m'a jamais déçue. Heureusement pour moi, l'auteure ne l'a pas délaissée en créant tout un spin-off autour du personnage de sa fille, lady Prudence Alessandra Maccon Akeldama : Le Protocole de la crème anglaise. J'ai déjà lu quelques chapitres du premier tome, et cela promet ! Je suis donc triste d'en avoir terminé avec les aventures d'Alexia, mais je sais que je vais la retrouver d'une façon où d'une autre dans celles de sa fille !

Pour en revenir à ce cinquième tome, l'intrigue m'a immédiatement embarquée. Celle-ci se déroule en deux parties. La première concerne évidemment Alexia et sa petite famille, convoquées à Alexandrie par la reine vampire égyptienne. La seconde concerne le professeur Lyall et Biffy, qui enquêtent ensemble sur la disparition d'un loup-garou de la meute de Kingair, disparition qui semble être liée au voyage d'Alexia... Nous avons découvert dans les tomes précédents que le père d'Alexia avait d'étroites relations avec l'Égypte. Dans ce cinquième tome, nous en découvrirons plus sur son passé, ainsi que sur le passé des vampires eux-mêmes. C'est toujours extrêmement jouissif pour un lecteur de se plonger dans un tome qui propose de nombreuses révélations. Mais j'ai tout de même eu une petite frustration. J'aurais aimé en savoir encore plus sur les activités passées du père d'Alexia. Très souvent nommé tout au long du tome, ses aventures, elles, sont pour le moins mystérieuses. Espérons qu'un jour soit publié en France le hors-série : The Curious Case, consacré aux aventures d'Alessandro Tarabotti et de son majordome Floote.

Ce cinquième tome nous permet encore une fois de voyager en dehors de l'Angleterre. Cette fois-ci, ce sont les dunes ambrées du désert égyptien qui nous sont décrites. La description des différents paysages est une véritable invitation au voyage et à la découverte de ce pays enchanteur. Le côté steampunk est toujours bel et bien présent quoi que peut-être un peu moins que dans les précédents tomes. Pour cette expédition, Alexia et toute sa petite tribu voyageront en bateau, ce qui change de ses précédents voyages en train ou en dirigeable. Cela donnera néanmoins lieu à des scènes cocassent et très drôles.

Les personnages sont ici fidèles à eux-mêmes. La maternité va plutôt bien à Alexia, qui s'occupe en cachette de sa fillette, puisqu'elle a cédé ses droits parentaux à Lord Akeldama lors du quatrième tome. Ceci afin d'éviter une guerre entre loups-garous et vampires. Lord Maccon quant à lui, est comme on pouvait l'attendre, complètement gaga de sa fille. Tout comme Lord Akeldama à qui la nouvelle fonction de père adoptif semble lui sied à merveille. Le seul qui a quelques difficultés à s'habituer à son nouveau statut de loup-garou est Biffy, le drône malchanceux de Lord Akeldama, transformé en loup-garou alors qu'il était mourant. J'ai vraiment apprécié retrouver ces personnages qui sont le coeur névralgique de la saga. D'autres figures tout aussi importantes ne sont pas en reste. Ivy Tunstell est fidèle à elle-même, aussi perchée que d'habitude, même s'il lui arrive quelques fois d'avoir des éclairs de génie. Ceci dit, j'ai toujours eu du mal avec ce personnage et sa frivolité. Cependant, les tournures que prennent les événements à la fin du tome annoncent de grands changements pour Ivy Tunstell, que l'on devrait retrouver dans la suite de la saga : Le Protocole de la crème anglaise. Et puis, la grande nouveauté n'est autre que la présence de Prudence Alessandra Maccon Akeldama. Fillette âgée d'à peine deux ans, la petite fait déjà preuve de beaucoup de caractère, et surtout de pouvoirs impressionnants. J'ai vraiment hâte de la voir évoluer en tant qu'adulte car elle promet de devenir un personnage très intéressant.


En conclusion

Un excellent tome pour conclure une non moins excellente saga ! On obtient pas mal de réponses aux questions que l'on se posait déjà depuis quelques tomes. On découvre Alexia, Lord Maccon et Lord Akeldama dans le rôle de parents, mais aussi la fillette en question, Prudence, qui promet de devenir par la suite un personnage incontournable de l'univers de Gail Carriger. J'ai un petit pincement au coeur à l'idée de laisser tous ces fabuleux personnages, mais je sais que je les retrouverai dans la suite.

Le Protectorat de l'ombrelle :
5 - Sans Âge 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire