samedi 8 juin 2013

Zoanthropes T1 : La Métamorphose

1 commentaire:
La Métamorphose de Matthias Rouage


Editeur : Scrineo Jeunesse
Parution : Mai 2013
Pages : 313
Tome 1 d'une saga en deux tomes.

Résumé 4ème de couverture :
Shina Sirkis vit dans un monde futuriste où les Zoanthropes, créatures hybrides mi-hommes mi-bêtes, sont traqués par les humains. 
Le jour de son entrée à l'université, elle est angoissée... Son amie vient de se transformer et a été abattue par son père, un intervenator.
Elle sait que si le test de dépistage obligatoire s'avère positif, il n'hésitera pas à tuer sa propre fille...

Cette lecture intervient dans le cadre d'un partenariat avec les éditions Scrineo Jeunesse, organisé par le site internet Livraddict. Je les remercie tous les deux pour m'avoir permis cette découverte !


Mon avis 

J'ai été agréablement surprise par cette lecture. Je ne m'attendais pas à apprécier autant l'univers de ce livre. J'y ai trouvé de nombreuses influences de mes lectures passées, et un rapide tour sur le blog de l'auteur a confirmé certains de mes doutes.


Ma première dystopie

Si j'ai bien compris le sens de ce terme, cette lecture peut être considérée comme ma première dystopie. Un futur dévasté, dans lequel évoluent des personnes persécutées simplement parce qu'elles sont ce qu'elles sont. Cependant, je ne sais pas si toute l'histoire peut être assimilée à une dystopie. L'intrigue avance dans plusieurs contextes différents. 

En tout cas, ce livre m'a assez souvent fait penser aux X-men. Dans l'univers de Matthias Rouage, le monde des humains ne se situe plus qu'en Amérique. Une guerre froide révolue depuis soixante années, a vu la naissance de l'arme la plus puissante jamais élaborée par l'homme. Depuis son utilisation, de nouvelles créatures sont apparues parmi les humains : les zoanthropes. Comme le gène X chez les X-men, le gène zoanthropien peut apparaitre chez n'importe qui, principalement au début de l'âge adulte. Et comme les X-men, les zoanthropes sont craints par les êtres humains, qui font tout pour les anéantir. Je ne sais pas si l'auteur a lu Hunger Games, ou vu Battle Royal, mais il y a également quelques éléments qui m'y ont fait penser.

L'univers de Matthias Rouage est un très bon univers jeunesse. Tourné vers la solidarité, l'espoir, l'amitié, mais également la peur de l'autre, l'incompréhension, l'endoctrinement, il explore et met en avant de nombreuses valeurs.


Intrigue et personnages 

Cependant, si l'univers de l'auteur m'a particulièrement plu, je n'ai pas été autant touchée par son histoire. J'ai l'impression que ce tome 1 était une mise en bouche, en attendant une intrigue plus ficelée dans le deuxième livre. La quête présentée par ce premier tome n'était peut-être pas assez appuyée. Beaucoup d'éléments s'enchainaient parfois bien trop vite.  Les actions se suivaient sans de réelles interruptions. Ce premier tome manquait peut-être de passages descriptifs. Je pense notamment aux émotions des personnages. Je ne dis pas qu'il faille tomber dans une psychologie à deux sous, mais certains événements auraient mérité d'être bien plus décrits, et de provoquer de plus grandes interrogations de la part des personnages. 

Ces derniers n'ont pas su m'intéresser. Leur raisonnement, leurs répliques, leurs émotions étaient peut-être trop peu poussés par rapport à ce que j'attends des personnages d'un roman. Les quelques adultes de l'histoire étaient peu charismatiques.


-*-*-*-*-

Jusqu'à la première moitié, j'étais vraiment emballée par ce livre. Mais une fois passé la découverte de cet univers particulier, l'engouement est retombé. J'espérais plus de  détails, plus de descriptions. Globalement, l'action s'est déroulée bien trop vite sans que je ne puisse vraiment m'attachée au moindre personnage. Mais j'attends de lire le second tome pour me faire une opinion plus affirmative.