samedi 27 avril 2013

Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

3 commentaires:
Arsène Lupin contre Herlock Sholmès de Maurice Leblanc


Edition : Feedbooks
Parution originale : 1908
Format : Epub

Résumé Feedbooks :
Arsène Lupin contre Herlock Sholmès ! L'homme qui défie toutes les polices françaises contre l'as des détectives anglais. « C'est justement quand je ne comprends plus que je soupçonne Arsène Lupin », avoue le célèbre limier anglais. Quand deux hommes aussi intelligents s'affrontent, leur duel est un grand spectacle.Qui a volé le petit secrétaire d'acajou contenant un billet de loterie gagnant ? Qui a volé la lampe juive, le diamant bleu, joyau de la couronne royale de France ? Qui joue les passe-murailles en plein Paris ? Arsène Lupin, toujours lui, l'éternel amoureux de la Dame Blonde, plus insolent, plus ingénieux que jamais, déjouant une à une toutes les ruses de l'Anglais par d'autres ruses plus étonnantes encore.

Mon avis

Voilà une histoire intéressante ! Une aventure qui oppose le plus grand cambrioleur français au non moins célèbre détective anglais. Je ne vous cache pas que c'est la raison pour laquelle j'ai commencé à lire les Arsène Lupin. Je voulais tout savoir sur ce duel qui promettait d'être incroyable. Malheureusement, ce livre n'était pas à la hauteur de mes espérances.


Une parodie ou un hommage ? 

Juste au cas où cela aurait échappé à quelqu'un : Herlock Sholmès est un anagramme de Sherlock Holmes. Le nom modifié ne fait pas dans la subtilité, et ne trompe personne évidemment. Le personnage identifié, nous étions en droit de nous demander la raison d'un tel choix. Maurice Leblanc souhaitait-il rendre hommage au grand détective anglais ? S'il souhaitait un personnage à la hauteur d'Arsène Lupin, pourquoi n'en a-t-il pas créé un lui-même ? Après tout, pourquoi notre gentleman cambrioleur n'aurait-il pas sa némésis à lui ? Car il faut bien l'avouer, Ganimard n'est pas vraiment de taille.

Je ne suis pas au fait du contexte dans lequel cette nouvelle a été écrite. Mais en 2013, après une première lecture, je n'y vois aucun hommage à Sherlock Holmes, mais bel et bien une parodie. 

Herock Sholmès accompagné de son fidèle Wilson, n'a que très rarement le dernier mot. Engagé à plusieurs reprises pour déjouer les plans de Lupin, il réussit toujours à tirer le fin mot de l'affaire, sans pour autant appréhender définitivement le cambrioleur. En cela, rien d'accablant. Après tout, Lupin ne reste en prison que s'il le veut bien, l'auteur nous l'a déjà fait comprendre dans l'histoire précédente. Non, ce qui me dérange dans cette affaire, c'est cette tendance à constamment tourner en ridicule les deux compères anglais. Wilson semble n'avoir aucune personnalité. Il ne jure que par Herlock. Une nouvelle, une blessure, et une bonne raison pour le mettre hors jeu. Voilà à quoi est rendu le personnage de Wilson, quelqu'un d'inutile, voire franchement encombrant. Quant à Herlock... il est constamment tourné en ridicule ou acculé par Lupin. 

L'auteur a fait le choix de parodier un grand nom de la littérature, pour faire la part belle à son propre personnage. C'est le sentiment que j'en ai. Mais j'ai aussi tendance à me dire que si l'histoire n'avait pas été écrite du point de vue de Sholmès, cette sensation de parodie n'aurait pas été aussi exacerbée. 

En tout cas, je m'étais (peut-être naïvement) attendue à un duel d'anthologie. Lupin contre Holmes, voilà qui promettait. Mais j'aurais du le voir venir, il ne s'agissait pas du célèbre Holmes, mais de la caricature Sholmès. Dommage... 


Deux nouvelles pour le prix d'une

Je ne suis pas très adepte des nouvelles. Pour moi, elles auraient méritées d'être assemblées en un seul et même roman. Les deux intrigues sont effectivement distinctes l'une de l'autre, même si la deuxième est peut-être moins aboutie que la première.

Chaque histoire a son propre cheminement. Il est vrai que leurs seuls points communs sont la présence de Lupin, Sholmès, Wilson et Ganimard, ainsi que le cadre parisien. Cette différence de développement et de dénouement a permis de rythmer les deux nouvelles, évitant ainsi la création d'un sentiment d'ennui chez le lecteur.

Cependant, tout l'intérêt de ces deux nouvelles réside en l'affrontement de Sholmès contre Lupin. Les intrigues en elles-même ne sont pas plus mises en avant que cela. Il n'y a pas d'ultimatum autre que le délais donné à Sholmès pour résoudre les énigmes de Lupin. C'est le comportement de Sholmès, et sa façon de comprendre les interventions de Lupin, qui font l'intérêt de ces deux nouvelles. Et ça ne m'a pas spécialement déplue, puisque c'était précisément ce duel que j'attendais.


-*-*-*-*-


Ces deux nouvelles sont tout de même une grosse déception pour moi. J'aurais pu savourer cette lecture si les personnages anglais n'avaient pas été aussi malmenés. Lupin est toujours aussi arrogant et malin, mais le personnage qu'il avait en face de lui n'était pas à la mesure de son ingéniosité. Et je ne peux m'empêcher de penser qu'un duel Leblanc VS Doyle aurait été incroyable. Cependant, je ne suis pas sûre que Leblanc aurait gagné...

dimanche 21 avril 2013

La Femme parfaite est une connasse !

7 commentaires:
La Femme parfaite est une connasse ! d'Anne-Sophie et de Marie-Aldine Girard



Edition : J'ai Lu
Année de parution : 2013
Nombre de pages : 159

Résumé 4ème de couverture:
Ce livre est LE guide pour toutes les femmes imparfaites*. Vous y découvrirez notamment des théories comme "la jurisprudence de la frange", "la théorie du pot de cacahuètes" ou encore le concept universel du "foutu pour foutu", mais vous apprendrez aussi "comment garder sa dignité quand on est complètement bourrée", "comment réagir devant un bébé laid", ou "les questions qu'il ne faut pas poser à un homme si on ne veut pas entendre les réponses".
* Il peut également être lu par les hommes qui auraient envie de combler certaines lacunes...


Mon avis :

J'ai découvert ce petit bijou dans la première édition du magazine bimensuel BISOU, paru ce mois-ci. Le magazine en lui-même m'avait déjà complètement convaincue, notamment par sa façon incisive de traiter les choses. Et puis, au détour d'une page (à la page 51 en fait), je tombe sur un petit encart publicitaire, présentant avec engouement La Femme parfaite est une connasse ! Ni une ni deux, je montre l'encart à une amie, et on décide de le commander. Autant vous dire que nous avons essuyé fous rire sur fous rire !


Un guide de survie pour les femmes "normales"

Complètement tourné vers la dérision, on sent rapidement que ces explications tiennent d'un vécu. C'est la raison pour laquelle je l'ai adoré, ce petit livre. Parce que je me retrouvais dans la plus part de ces pages. Et je sais que je ne suis pas la seule à avoir eu un tel sentiment, les quelques chroniques que j'ai trouvé de ce livre en témoignent. 

Pas de jugement ni de critique acerbe. Tout au long de ces pages, on retrouve des sujets inhérents à notre quotidien, et on se surprend finalement à se dire : Ben oui, eh alors ? Car ce livre est là pour nous faire déculpabiliser. Alors même si je ne culpabilise pas par rapport à des sujets du type "comment réagir face à un bébé laid ?" (non là j'avoue que je suis souvent une connasse) ou face à mes expressions que personne ne comprend à par moi-même,  d'autres ont eu un véritable impact sur ma manière de voir les choses. Je ne dis pas qu'il a changé ma vie, mais le fait de savoir que je ne suis pas la seule à avoir le complexe de la machine à café, ça m'a fait du bien ! Après je vous avoue que le chapitre sur les bébés laids m'a particulièrement fait rire.

Et quand on le lit à deux c'est encore mieux ! Car oui, je l'ai commandé avec une amie, et je peux vous dire qu'on s'est très souvent retrouvées dans ces pages. On a passé un formidable moment grâce à ce livre.

Alors forcément, celles qui ont tendance à faire complètement fi du regard des autres, j'imagine que ce bouquin ne leur parlera pas autant qu'à moi.  

Mais pour le coup, je dis chapeau bas aux auteures, et espère qu'elles sortiront rapidement la suite ! Ben oui, n'est-il pas question d'un livre sur : La mère parfaite est une connasse ?




samedi 6 avril 2013

Les Fabuleux

2 commentaires:
Les Fabuleux d'Arthur Ténor


Editions : Scrineo Jeunesse
Année de parution : 2013
Nombre de page : 386

Résumé 4ème de couverture :
Julius Kovalch, un physicien de renommée mondiale, parvient, à l'aide d'un hyperaccélérateur de particules, à atteindre la frontière la plus ultime de l'univers physique ! Ainsi s'ouvre la première brèche quantique entre la matière et l'esprit, le réel et l'Imaginaire, une porte à travers laquelle Julius et sa fille Serena, s'apprêtent à découvrir l'un des infinimondes de l'Imaginaire, le Royaume des Sept Tours et ses créatures extraordinaires, les Fabuleux.... Quelles menaces font peser l'Homme et ses instincts de conquérant sur ce Royaume à l'équilibre fragile ? Jusqu'où les Fabuleux devront)ils aller pour survivre ?

Un grand merci aux éditions Scrineo-Jeunesse et à Livraddict pour ce partenariat !


Mon avis

Les Fabuleux est un roman fantastique jeunesse. C'est une histoire pleine d'humour, de rebondissements, de personnages drôles et attachants et surtout, pleine de rêves. Car oui, les thèmes principaux de ce livre sont le rêve et l'imaginaire. 


Une histoire très intéressante

L'intrigue suit les aventures de Julius et Serena Kovalch, un père et sa fille scientifiques qui vont réussir à ouvrir une brèche vers un autre monde : un monde plein de magie et de fantasy. Les recherches ayant été financées par le jeune P-DG Clément Lauzin, Julius et Serena vont devoir tout mettre en oeuvre pour sauver ce nouveau monde merveilleux de ce surdoué des affaires, qui y voit un excellent moyen de s'enrichir et de devenir célèbre. 

Mais si ce petit résumé peut faire sourire par son côté de déjà vu, ne vous y laissez pas méprendre. Les Fabuleux est un livre un peu plus complexe que cela. Les personnages ne sont pas tout bons tout mauvais. Cette histoire pose de nombreuses questions d'éthique et de morale. Négociation, tolérance et deuxième chance sont des notions très présentes. Vraiment, c'est un excellent livre jeunesse.


Une excellente plume

Du début à la fin, je me suis régalée. L'auteur a un humour qui m'a tout de suite séduite. Dans les descriptions ou dans les répliques, les clins d'oeil sont nombreux, et certaines phrases sont à tomber par-terre. Les personnages sont pétillants et pleins de malice. Leurs répliquent sont souvent tout d'ironie, de sarcasme et d'amour aussi. Un excellent cocktail pour lequel j'ai totalement craqué.

La lecture est fluide et très agréable, et les descriptions claires et pas excessivement nombreuses. Oui, ce roman se lit vite et bien. Le début peut paraitre un peu déconcertant avec tous les propos techniques et scientifiques qui y sont tenus. J'ai trouvé qu'il manquait peut être le personnage qui dit : " Heu, c'est à dire ? " et qui permet une explication plus claire sur ce qu'il se passe. Mais même si je me suis posée quelques questions lors de ces premiers chapitres, la suite est beaucoup plus fluide et facile d'accès au public lambda. Donc même ça, ce n'est pas un problème !


Une préquelle ?

C'est le premier livre que je lis d'Arthur Ténor, et si j'ai bien compris, il s'agit d'une préquelle au livre Voyage extraordinaire au Royaume des Sept Tours. J'avoue que je vais m'empresser de lire ce dernier. J'ai hâte de découvrir ce livre auquel a très certainement dû faire référence celui des Fabuleux et ceci, à plusieurs reprises. Ce sont ces mêmes références que je souhaite découvrir au plus vite.


-*-*-*-*-*-*-*-

Je remercie sincèrement les éditions Scrineo-Jeunesse et le site internet Livraddict qui m'ont choisie pour ce partenariat. C'était une excellente lecture, et j'ai hâte de lire Voyage extraordinaire au Royaume des Sept Tours.

mardi 2 avril 2013

Mercy Thompson : Retour aux sources

3 commentaires:
Retour aux sources de Patricia Briggs


Editions : Milady Graphics 
Année d'édition : 2011
Nombre de pages : 112
Scénario : Patricia Briggs et David Lawrence
Illustrations : Amelia Woo et Francis Tsai
Traducteur : Philippe Touboul

Résumé 4ème de couverture :

Les loups-garous peuvent être dangereux si vous vous mettez en travers de leur chemin. Ils ont un talent extraordinaire pour dissimuler leur véritable nature aux yeux des humains. Mais moi, je ne suis pas tout à fait humaine.


Mon avis

Lors d'un swap (dont je n'ai pas encore fait l'article ^^) j'a eu le plaisir immense de découvrir le premier comic de la saga Mercy Thompson dans l'un des nombreux paquets. Plaisir immense, car ce n'est plus à démontrer aujourd'hui, je suis une grande fan de l'univers de Patricia Briggs. Oh joie que de découvrir certains de mes personnages préférés tout de coups de crayon et de couleurs vêtus !


Une préquelle excellente

Après avoir lu plusieurs tomes d'une même saga, il n'y a rien de plus jouissif que de tenir dans ses mains une préquelle. Nous savons, avant même d'ouvrir le livre, que l'on s'apprête à en apprendre beaucoup sur nos personnages préférés. Souvent, la préquelle apporte des réponses à des questions qu'on ne s'était même pas posées. 

Par exemple, je ne me suis jamais demandée comment Mercy et Adam s'étaient rencontrés ! Ni d'où pouvait bien venir Médée. J'ai peut être du m'interroger une fois sur le pourquoi de la relation amicale qu'entretient Mercy avec Stefan, mais sans plus. Et voilà tout l'intérêt de la préquelle. Elle m'a permis d'en apprendre beaucoup plus sur ces personnages. Elle m'a aidé à comprendre ce qu'ils sont devenus.

Cette préquelle, c'est l'histoire de l'arrivée de Mercedes dans les Tri-Cities. Pourquoi s'est-elle installée dans un mobile home, comment en est-elle venue à travailler avec Zee ? Comment a commencé sa relation avec Adam ? Stefan ? Toutes ces questions trouvent une réponse dans ce livre. Et malgré le fait que je ne me les sois que brièvement posée un jour, les réponses m'ont beaucoup intéressées, et surtout, elles m'ont plues ! Elles m'ont plues car elles coulent de source. Elles sont pertinentes et crédibles. 

L'intrigue (parce qu'il faut bien que j'en parle un peu) tourne autour d'une meute de loups-garous venue s'installer sur un territoire sans l'autorisation du Marrok. Etrangement (ou pas), ils en ont après Mercy. Pourquoi ? À vous de le lire pour le savoir ! Tout ce que je peux vous dire, c'est que l'histoire est extrêmement bien tournée. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant. Tout est très fluide, intéressant et très prenant. On se doute évidemment de la finalité de l'histoire, mais d'un autre côté, ce n'est pas tant l'intrigue qui nous intéresse que les éléments qu'elle nous donne à découvrir sur cet univers de loups-garous et de vampires.


Mercedes, enfin je te vois !

Il est vrai que l'adaptation de romans, qu'elle soit à l'écran ou en dessin, provoque toujours une certaine appréhension chez moi. J'ai été à de nombreuses reprises très déçue par les films tirés de romans, mais j'avoue que pour les comics, c'est une première. 

Même si j'ai quelques réserves quant aux coups de crayons qui font encore très brouillon à certains endroits, j'avoue avoir été séduite par les dessins de ce comic. Mercedes y est magnifique, Stefan fait vraiment peur avec son teint verdâtre, et Zee... eh bien Zee est exactement comme je me l'imaginais ! Mais je crois que le personnage qui m'a le plus surprise est Darryl. Je ne m'attendais pas à ce qu'il ait les cheveux longs. Et j'ai trouvé qu'il ne faisait peut-être pas assez asiatique, par rapport à sa description dans les romans. J'ai trouvé Adam un peu trop âgé physiquement, je m'attendais à voir quelqu'un de plus jeune. Cependant, il était plus charmant encore que dans les livres. Mais sinon, la représentation des personnages était vraiment très bonne. Et je le redis, Mercy est à mes yeux parfaitement dessinée comme ça !

La seule vraie critique que j'aurais à faire par rapport à ce travail, ce sont les scènes de combats, notamment celles entre loups. Le sang et les coups ne sont pas très bien rendus. Pour le coup, ça fait vraiment bande dessinée.


-*-*-*-*-


Quoi qu'il en soit, voilà encore une lecture qui m'a émerveillée, et j'espère vraiment qu'il y aura d'autres comics pour étayer la saga Mercy Thompson, car elle le mérite ! Je désespère de lire le dernier tome de la saga tant j'adore cet univers. Du coup je fais durer le plaisir (il me reste trois livres pour la saga de Mercy, et deux pour la saga d'Anna !). Je vais prendre tout mon temps pour lire ceux qui restent, en espérant que Patricia Briggs continue ces merveilleuses histoires !