dimanche 24 mars 2013

Arsène Lupin, Gentleman Cambrioleur

2 commentaires:
Arsène Lupin, Gentleman Cambrioleur de Maurice Leblanc


Edition : Feedbooks
Année de la première édition : 1907
Format : Epub


Résumé Feedbooks :
Svelte, élégant, raffiné, séducteur, Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur de son état, est le modèle du dandy "Belle Epoque". Son intelligence, sa culture, ses talents d'illusionniste entre Fregoli et Robert-Houdin sont au service d'un culot stupéfiant. Mais cet homme du monde accompli est aussi un anarchiste dans l'âme qui se joue des conventions sociales avec une merveilleuse insolence.

Mon avis


La première fois que je me suis confrontée à Arsène Lupin, c'était lorsque je voyais pour la première fois le film avec Romain Duris, il y a maintenant quelques années. J'avoue que je n'avais pas spécialement accroché, et honnêtement, l'histoire m'avait parue très floue. 

Mais le mois dernier, j'apprenais que le book club du mois de Mars organisé sur Livr@ddict, portait sur le livre Arsène Lupin contre Herlock Sholmès. Et comme j'aime particulièrement Sherlock Holmes, je me suis dit pourquoi pas ? Maurice Leblanc a visiblement trouvé un moyen subtile d'utiliser le détective anglais pour ses propres nouvelles : détourner son nom. Je voulais savoir comment il allait s'en sortir avec un personnage qui n'était pas le sien. Mais j'ai commencé par le début évidemment, en lisant tout d'abord le Gentleman Cambrioleur. Je n'ai vraiment pas été déçue.

Divisé en plusieurs petites nouvelles, ce premier tome nous confronte au personnage de Lupin, à travers plusieurs de ses aventures. Malin, rusé, mais surtout très élégant et soigné, Arsène Lupin est un voleur comme on les aime. Très doué dans son domaine, si ce n'est le meilleur, c'est un véritable caméléon aux nombreuses compétences (il parle plusieurs langues, pratiques plusieurs sports et combats), et évidemment, il excelle en tout ! Il ne vous rappelle personne ? Sherlock Holmes, sans le moindre doute ! Mais un Sherlock Holmes d'une toute autre nature, puisque je le rappelle, Arsène est un cambrioleur.

Pas n'importe lequel, je vous l'accorde. Un gentleman, comme l'indique le titre, mais surtout, quelqu'un qui fait preuve d'une ingéniosité incroyable. Je ne peux pas dire s'il fait preuve d'un grand coeur ou non. Je pense simplement qu'Arsène Lupin est un voleur trop doué pour s'attaquer à des cibles trop faciles, et qui ne lui rapporteront pas grand chose. Non, Lupin vise haut, il vise les plus riches, et surtout, ceux qui s'arrangent pour protéger leur butin du mieux qu'ils peuvent. Arsène Lupin est un challenger, il le répète assez souvent. 

C'est pour cela que j'ai adoré ma lecture. Les nouvelles réunies dans ce tome sont toutes très différentes les unes des autres. On commence par l'arrestation d'Arsène Lupin et du cambriolage dont il sera l'auteur alors même qu'il est encore en prison ! Dans une autre nouvelle, c'est lui qui se fait dépouiller, dans une autre encore, on en apprend plus sur son passé ou sur son premier cambriolage, etc. On termine par un face à face furtif avec Herlock Sholmès, prémisse (je suppose) du second tome Arsène Lupin contre Herlock Sholmès

Vous l'aurez compris, nous n'avons pas le temps de nous ennuyer. Les nouvelles sont courtes mais intenses, la lecture est fluide, et le personnage d'Arsène tellement attachant ! C'était un vrai plaisir que de découvrir ses premières aventures. Et j'ai hâte de lire la suite. 




dimanche 3 mars 2013

Mercy Thompson T4 : La Croix d'Ossements

Aucun commentaire:
La Croix d'Ossements de Patricia Briggs


Editions : Bragelonne
Année d'éditions : 2011
Format : EPub

Résumé Feedbooks :

Marsilia, la Reine des vampires de la région, a appris que Mercy l'avait trompée en tuant l'un des membres de son clan... et elle n'acceptera que le prix du sang pour venger cette trahison. La jeune coyote-garou vient de tomber sur un os, car la sentence qui pèse sur elle en fait la cible de toutes les créatures à la botte des vampires. Heureusement que Mercy peut compter sur Stefan et sur l'Alpha si sexy qui a juré de la protéger. Mais s'ils étaient menacés par sa simple présence ? Et si, pour les épargner, Mercy n'avait plus qu'un seul choix : partir ?

Mon avis

Ce n'est plus une nouveauté, je suis complètement fan de la plume de Patricia Briggs et de son univers. Je pense pouvoir affirmer que Mercedes est mon héroïne préférée, ou en tout cas, fait partie de mes préférées à ce jour. Ce quatrième tome, moins sombre que le troisième, a eu le mérite de me redonner foi et espoir en l'histoire de Mercy, après la fin particulière du Baiser de fer

Une héroïne sous un autre jour 

Nous commençons ce 4ème tome là où nous avions laissé le 3ème. Cette suite directe nous permet de retrouver une Mercy plus fragile qu'avant, et peut-être aussi plus ouverte aux autres, en particulier ses proches. Nous suivons Mercedes et la manière dont elle appréhende les nouvelles relations qu'elle entretient, quelles qu'elles soient. Au-delà de cette sensibilité, Mercy n'a pas perdu de son mordant, ni de sa capacité à n'en faire qu'à sa tête. Et c'est pour cette raison que nous l'aimons, notre Mercy ! Dans cette nouvelle aventure, Mercedes va apprendre beaucoup de choses dont la suivante : ne plus vivre dans son coin et faire avec les autres. Ce qui n'est pas peu dire, lorsque l'on sait à quel point elle tient à son indépendance. Apprendre à faire confiance, mais aussi à pardonner, voilà qui promet un florilège de scènes épiques. Et on en a pour notre grade.

Une aventure sur plusieurs fronts

C'est une intrigue qui se joue sur plusieurs tableaux. Comme le résumé l'indique, Mercedes n'a pas le temps de se remettre de ses aventures précédentes, que de suite, elle est prise en chasse par la reine des vampires des Tri-Cities. S'ajoute à cela une histoire de fantôme et de maison hantée. Tour à tour, l'auteure joue entre ces deux intrigues, ne nous donnant pas la possibilité, au final, de distinguer la principale de la secondaire. Nous avons deux histoires pour le prix d'une. Et je vous rassure, elles sont toutes les deux aussi cohérentes l'une que l'autre. Elles s'imbriquent parfaitement entre elles, ce qui ne permet aucune longueur ou presque. Le lecteur n'a pas le temps de s'ennuyer, bien au contraire ! Mais qu'on se le dise, ce tome est comme le deuxième, tourné à la sauce vampirique. Moi qui suis une adepte des histoires de loups-garous, j'avoue que je n'en ai pas eu pour mon compte cette fois-ci. Bien que certaines révélations aient été très intéressantes. Je déplore tout de même la trop grande présence de vampires à mon goût. J'espère qu'il n'en sera pas de même pour les prochains tomes ! 

Un style bien à elle

Comme toujours, la plume de Patricia Briggs a su me convaincre. J'adore son style, mais par dessus tout, c'est son humour qui me touche le plus. J'ai rarement ri autant en lisant. Mais la personnalité de Mercy et de ses proches (je pense notamment à Adam et Samuel, sans oublier Ben qui n'est pas mal non plus dans son genre), ajoute une touche de gaieté supplémentaire. Les piques que les personnages se lancent sont excellentes, sans compter toutes les références à notre patrimoine artistique actuel. Je suis toujours autant fan de Stefan et de son admiration sans borne pour Scoubidou ou des Tee-Shirt aussi débraillés les uns que les autres de Mercy. Bref, j'adore ! Je rajoute à cela la capacité de l'auteur à ne pas tomber dans la mièvrerie lorsqu'il s'agit de scènes de romance, et le tour est joué. J'aime sa façon d'écrire. Il n'est plus question de triangle amoureux, et la romance ne prend pas le pas sur l'intrigue. Au contraire, toutes les deux avancent de concert, c'est excellent et j'en redemande ! 

-*-*-*-*-

Je n'ai pas besoin d'écrire une grande conclusion. Tout ce que j'ai à dire c'est : vivement la lecture du cinquième tome. J'ai hâte !